Rechercher
  • Ermelinda Ennas

Barly Tshibanda: artiste engagé pour la reconnaissance de l’Afrique

A la rencontre de Barly Tshibanda, danseur et artiste peintre


Artiste peintre et danseur d’origine congolaise, Barly Tshibanda a élu domicile à Copenhague où il se plait à exprimer sa sensibilité par différents biais. De la danse hip hop en passant par le Ndombolo et les arts plastiques, sa démarche créative est plurielle, mais elle est avant tout porteuse d’un message. A ses yeux, aucune définition universelle de l’Art n’existe, mais le sien raconte « l’Afrique dans sa pluralité absolue ».

Le temps d’une interview, il nous raconte son engagement d’artiste afin de faire reconnaître l’Afrique.


Qu'est-ce qui vous a conduit vers le domaine créatif?


Je suis issu d’une famille d’artistes. Mon oncle Barly Baruti est peintre, quant à mon père 
il a travaillé au Théâtre National de Kinshasa. Cela m’a d’ailleurs inspiré à être danseur. 
Au-delà de ces faits, je dirais que l’art me donne le moyen d’exprimer un message, mais aussi mes frustrations. Etant enfant, j’ai vécu différents événements liés à la crise politique au Congo qui m’ont conduit à m’engager! Je voyais les ONG venir en Afrique, donner les habits etc., mais cela ne sert à rien. Comme le dit mon père: « cela pousse les gens à être dépendants, c’est de la manipulation, mieux vaut apprendre à pêcher, plutôt que de donner du poisson. »


Pourriez-vous nous décrire votre démarche créative?


Mes peintures sont en lien avec le mouvement, en prolongement avec la danse. Mais ma démarche est aussi plus profonde, mon idée est de montrer le visage d’une Afrique positive et plurielle. Colorée.


Qu'avez-vous à cœur de transmettre avec votre art?


L’art n’est pas seulement la photographie parfaite de la réalité, et peut être exprimé différemment selon les cultures. A travers la danse, ce qui me semble important, c’est de pouvoir sentir. L’essentiel est d’être dans le feeling plutôt que de se regarder dans le miroir. En Afrique, la danse accompagne la vie. On l’utilise pour la guérison, pour les rites de passages (naissance, âge adulte…). C’est aussi un moyen d’exprimer nos peines, nos bonheurs, nos frustrations etc. La peinture quant à elle permet d’exprimer le mouvement et les couleurs.


Si nous devions retenir une chose de votre démarche artistique, quelle serait-elle?


Il faudrait que le monde ouvre les yeux sur l’Afrique. Il est évident que la décolonisation prend du temps, c’est tout un processus, mais il faut se défaire d’une image véhiculée depuis trop longtemps. En réalité, le meilleur moyen de faire évoluer les pensées, c’est d’admettre que nous ne sommes pas les mêmes et que chacun a sa propre perspective!


Les dernières pépites avant de se quitter...


Barly Tshibanda prépare actuellement des podcastes sur le thème de l'immigration.

Il poursuit sa route en tant que danseur et peintre...





14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout